Ondine / Je culbuterai des pulls jaunes (Jean-David)

Ondine

On dine au fil de l’onirique
On boit l’obus et l’otarie
Filet d’occulte, et d’eau de vie
Sous le palais de l’authentique

Amère aiguière de l’o vert
Eau mère obère de l’Ovule
Dans l’anse aubère d’une bulle
Saoul d’Hydromel et d’obtempères

L’eau pâle opale inonde luit
Le doux regard d’un océan
La mer australe nuit céans
D’un trémolo de sang rougi

L’ohé se perd dans l’orageuse
L’ondée austère affleure afro
Le canevas d’un apéro
Edulcoré par l’eau ferreuse

Et l’eau râle, eau vide, à vau-l’eau
Olympe idéalistique
Eau de jouvence anorexique
Eau vive, eau versée au berceau

L’auberge d’aube, Eve amoureuse
L’orageux val, la vague à bond
Dérivent ensemble au Rubicon
Suçant, secrets, l’eau savoureuse

Haut de Cologne et pente à rides
Ondulent enfin sur le nouveau
Accouplement d’o d’o humides
A la lisière, un caniveau

Eau-Lumiere-Miroir-Nuit_540

Je culbuterai des pulls jaunes

Je culbuterai des pulls jaunes à carreaux rouges et des XXL à frange, des lunettes en peau de serpent sur des nez antirides, des heures de coiffeurs,

Je me ferai le pantalon à rayures beiges que prolongent les escarpins à talons bruns lacés ! Le petit châle, les bas de contentions, sans problème…

Le débardeur fushia, le soutien gorge à poix verts, la culotte en coton    faite main

Tous les jours ! le chemisier crème en soie, les perles d’oreilles, le petit chien ; je l’aurai !

Le string en vraie peau  ras la moule

L’eau de toilette les marguerites et les dentelles sur les portes jarretelles

Je caresserai le cachemire anglais des pulls à  cols roulés   made in France

Et pour cacher les tâches la robe sur le talon

Les cabas jusqu’au fond, les manteaux chipie roses, les sacs à mains plissées je les retournerai !

Et ça fera grincer des années de muqueuses dégoulinantes

tout autour

Publicités