Entretien avec Jean-Pierre de Mondenard

Jean-Pierre de Mondenard est médecin du sport. Entre 1974 et 1979, il a exercé à l’Institut national des sports et a été pendant de nombreuses années médecin-contrôleur, notamment entre 1973 et 1975 sur le Tour de France. Son activité scientifique est prolifique : des collaborations régulières à des revues sur les thèmes de la santé et du sport, les derniers en date les mensuels Cyclosport Magazine et Running Attitude, d’innombrables ouvrages publiés depuis les années 70 sur la pratique du sport, sur la nutrition du sportif, et sur le dopage, thème auquel il a consacré une énergie et un travail formidables qui font de lui une référence en la matière, mais aussi un pionnier dans le paysage éditorial et scientifique français. Parmi ces publications, on peut citer Le Dossier noir du dopage (Hachette, 1981), Dopage aux Jeux olympiques, la Triche récompensée (Amphora, 1996), Dictionnaire du dopage (Masson, 2004), Tour de France : 33 vainqueurs face au dopage (Hugo et Cie, 2011) ou, directement liée à Lance Armstrong, La grande imposture (Hugo et Cie, 2009).

AFFICHE THE PROGRAM

Le Dr de Mondenard a accepté d’échanger avec moi sur The Program de Stephen Frears, sorti en septembre dernier. Son expertise est précieuse pour décortiquer les partis pris du film. Elle est ici agrémentée de nombreuses anecdotes et analyses qui dévoileront auprès du spectateur non averti du film le milieu du sport de haut niveau, l’hypocrisie de certains médecins et des instances de la lutte antidopage, la psychologie des coureurs et leur rapport aux substances dopantes. Tout ce qu’il faut pour déconstruire tout ce que nous croyons savoir sur le thème du dopage et sur le personnage de Lance Armstrong.

Dr JPDM (4)

Votre avis sur le film ?
Je n’ai pas retrouvé Armstrong dans le jeu de l’acteur principal. Armstrong c’est un voyou, il n’est pas sympa, en réalité c’est le boss avec ses équipiers, il n’y a pas à discuter. Et là ils ne l’ont pas rendu assez directif, et il fait plus sympa qu’il ne l’est en réalité. Pour ce qui est des autres acteurs, il y a un imposteur, c’est celui qui joue Alberto Contador : il n’a pas dû grimper un pont de chemin de fer dans sa vie, il ne ressemble pas à un cycliste de compétition de haut niveau. D’ailleurs, il n’y en a pas un seul qui ressemble de près ou de loin à un roi de la pédale sélectionné pour le Tour de France. Le problème, c’est qu’ils se sont appuyés sur le livre de David Walsh. C’est bien, mais c’est un journaliste, et tout ce qui relève de la psychologie du coureur, et tout ce qui touche à l’analyse médicale sur le dopage est absente… Après, c’est du cinéma. L’acteur principal, pour le film, a pris des anabolisants, c’est lui-même qui le raconte. Il y avait déjà Robert De Niro, pour Raging Bull, qui avait pris 10-15 kilos avec des anabolisants… Cantona aussi avait pris du poids pour jouer un film, L’Outremangeur. On voit que pour le cinéma, la prise ou perte de kilos est toujours plus ou moins médicalisée.

Dans The Program, la prise d’EPO[i] par Armstrong semble être motivée par le fait qu’il n’arrive pas, sur de grandes étapes classiques, à suivre les coureurs qui eux en prennent déjà. Il est là, l’engrenage infernal du dopage ?

C’est ce que je dis depuis très longtemps. La principale cause du dopage en vélo ou ailleurs, ce n’est pas, pour les cyclistes, principalement le Tour de France en tant que difficulté mais ce sont plus sûrement les concurrents « bien préparés ». Notre expérience du sport de haut niveau montre que c’est le dopage qui fait le dopage. À partir du moment où une prise de drogues est efficace, les adversaires et plus particulièrement ceux qui veulent aller sur le podium sont obligés de faire pareil. Deux autres facteurs importants qui font le dopage et qui rentrent dans le domaine de la nature humaine face à la compétition, c’est l’ego et la médiatisation. Plus c’est médiatisé, plus il y a de dopage. C’est pour cela que l’on parle régulièrement de dopage pendant le Tour de France.

Fin août 1993, Armstrong a 22 ans, et, bien avant son cancer, bien avant ses Tours de France, il est champion du monde devant de grands coureurs. Ce n’est pas forcément très visible dans le film, mais Armstrong n’est pas un coureur médiocre avant sa maladie, contrairement à ce qu’on a beaucoup dit.

Complètement, c’est déjà un très bon coureur cycliste qui a fait du triathlon à un haut niveau et il a le mental pour aller sur le podium. À cette époque-là, il est déjà à la recherche de tout ce qui va l’aider à rivaliser avec les meilleurs. D’ailleurs, récemment, aux États-Unis, quand il est passé devant le Grand Jury parce qu’il avait utilisé les deniers de la nation pour se doper, il a expliqué que dès 1993 il se dopait et prenait du Synacthène®. C’est un produit commercialisé dès 1968 et interdit en compétition sportive à partir de l’année 1989, mais indécelable depuis sa présence sur la liste rouge. En 2015, il est toujours hors de portée des radars antidopage. Ce médicament stimule la surrénale, et génère plus d’androgènes, plus de corticoïdes. L’information majeure, c’est que le mec ne pouvait pas se faire gauler puisqu’il ne prenait que des produits indécelables ! Dès 93, et comme tous les pros qui visaient les podiums, l’aspiration d’Armstrong c’était de trouver des produits efficaces et indécelables.

C’est ce qu’on peut reprocher au film : il ne parle presque que de l’EPO et pas des autres produits…

C’est vrai, il ne parle pas des anabolisants et des autres substances illicites consommées. Pourtant, quand le médecin, au moment de son cancer, à l’hôpital universitaire d’Indianapolis lui demande ce qu’il prenait en tant que cycliste, il répondait : « Tout. EPO, anabolisants, testostérone, hormones de croissance, corticoïdes… ».

Sur son cancer justement, le film montre un Armstrong à l’article de la mort. Pouvez-vous me donner votre avis sur sa maladie, son cancer des testicules ? Qu’elle en était la nature ? Aurait-elle pu être causée par la prise de produits dopants ? L’a-t-il instrumentalisée ?

J’ai fait beaucoup de recherches là-dessus, et ça a été confirmé par des cancérologues. Il faut savoir que c’est le seul cancer qui est quasiment curable à 100%, et qui l’était déjà dans les années 90. D’autres sportifs l’ont eu : le footballeur Joël Bats en 83-84 qui a continué sa carrière internationale pendant des années. Encore récemment, j’ai écrit un article sur la relation entre cancer des testicules et dopage. Depuis 1983, il y a eu cinq cas de cancers des testicules chez les coureurs du Tour de France. Avant, il n’y en a pas eu. C’est un cancer qui normalement dans la population générale touche 3 à 4 individus pour 100 000. Là, on a cinq cas pour 1500 coureurs qui ont participé au Tour depuis 22 ans. On passe à une proportion aux alentours de 333 cas pour 100 000. Après, les spécialistes de ce type de cancer m’ont dit qu’on ne pouvait pas encore faire grand-chose de ces chiffres, qu’il fallait avoir une trentaine de cas pour pouvoir en tirer des conclusions pertinentes. Mais il y a quand même un faisceau d’indices très troublant. Pour en revenir au cas d’Armstrong et de la façon dont ses médecins ont présenté l’histoire et que lui a repris après dans ses bouquins : ils ont dit qu’il avait très peu de chances de s’en sortir. Un coup c’était 10%, un autre coup 20, 40 ou 60%, c’est d’ailleurs ce qui m’a mis la puce à l’oreille, il y avait un truc qui n’allait pas. Car j’ai étudié de nombreux cas de sportifs atteints du cancer des testicules depuis une quarantaine d’années, et aucun n’est décédé de cette maladie. La plupart ont d’ailleurs repris la compétition et pas mal d’entre eux ont atteint un niveau supérieur à celui qu’ils avaient avant. Le cancer d’Armstrong est diagnostiqué le 2 octobre 1996, il est opéré le lendemain à Austin (Texas). La chimiothérapie débute le 7 octobre. Comme pour le vélo où il a toujours recherché l’expertise des meilleurs dans leur domaine (Dr Michele Ferrari[ii], Eddy Merckx[iii]), il rejoint le service d’oncologie de l’université d’Indiana où exerce LE spécialiste du cancer des testicules, le docteur Lawrence Einhorn.

Les médecins de l’Indiana Hospital lui expliquent qu’ils ont fait des radios corps entier et qu’ils lui ont trouvé des métastases au cerveau. Dans la foulée, le 25 octobre, ils l’opèrent des métastases cérébrales qui étaient accessibles car vraiment périphériques. Après l’avoir trépané et après avoir retiré les tumeurs, ils font le constat que les métastases sont nécrosées, ce qui veut dire en langage médical qu’elles sont mortes. Cela signifie en réalité que la première séquence de chimiothérapie qui a duré classiquement cinq jours a été très efficace. Ses médecins, ses chirurgiens et lui ont sabré le champagne et ont su que l’affaire était déjà pliée. On a tout de suite flairé le bon filon: « Il faut créer une association caritative pour rassembler des fonds et lutter contre le cancer »[iv]. Moi, je me suis insurgé contre cet amalgame entre les différents types de cancers. Celui d’Armstrong n’a rien à voir avec le cancer des poumons de Laurent Fignon[v] par exemple, et c’est une imposture qui peut être très dangereuse. Le Texan a eu un cancer des testicules et je ne souhaite à personne d’être touché par ce mal mais prendre l’exemple d’Armstrong pour les autres cancéreux ce n’est pas une bonne façon d’éduquer les malades de toutes les autres formes de cancers beaucoup plus problématiques : ça donne des fausses joies, en faisant croire qu’il suffit de se battre pour guérir alors qu’en réalité lui, certes, a combattu le crabe, mais peu de temps, car 18 jours après le diagnostic, il savait qu’il allait s’en tirer.

Il y a quelque chose là-dedans qui est un peu malsain, un peu cynique.

Complètement. Et d’ailleurs aujourd’hui, ses médecins de l’époque ne répondent plus au téléphone, ne répondent plus à aucune sollicitation. Ils se sentent un peu merdeux. Pour ce qui est du film, s’ils avaient fait leur recherche, en lisant le livre d’Armstrong par exemple, ils ne l’auraient pas représenté comme ça. Il faut savoir que quelques jours après la première séquence de cinq jours de chimiothérapie, Armstrong est à Austin, on lui avait dit « tu verras, tu vas être fatigué, tu vas devoir te reposer » et lui, il fait du vélo, et pas de la façon dont on le voit en faire dans le film ! Quand il revoit les médecins, il s’adresse à eux et il leur dit : « Mais doublez-moi la dose, je ne sens rien des effets secondaires annoncés ! ». Et ça, c’est une expression de cycliste. Quand il se dope, si un peu ça fait juste du bien, il demande : « Doublez-moi la dose ». Rappelez-vous de l’affaire Raimondas Rumsas, ce coureur lituanien, 3edu Tour épinglé en 2002. On avait trouvé dans la voiture de sa femme des quantités pas possible d’EPO, d’hormone de croissance, d’insuline… Lui, pour sa défense, il avait dit : « C’est pour ma belle-mère ». Et moi, j’avais dit à la télé : « La belle-mère, elle est malade de tous les côtés. Elle est naine, on lui file de l’hormone de croissance ; elle est insuffisante rénale, on lui file de l’EPO ; elle est diabétique, on lui file de l’insuline ». Après, on l’a filmée en train de couper sa haie donc je me disais, il y a un truc, là. Pour en revenir à Armstrong, on le voit dans le film, il veut se lever de son siège roulant, au tout début de son traitement, et l’infirmière lui dit : « Non, restez assis, vous êtes épuisé, c’est normal ». Alors que dans son bouquin il raconte qu’il demande à son médecin de lui « doubler la dose » parce qu’il ne sent rien. Il y a bien un problème, là ? Alors oui, bien sûr, ce n’est pas un documentaire, c’est un film… Mais bon moi qui me suis renseigné sur les cancers, qui ai lu tous les bouquins d’Armstrong, ça ne me convainc pas du tout. Je ne me suis pas appuyé sur des « on dit », mais bien sur toutes mes recherches sur le sujet. Et d’ailleurs, ce qui vaut pour le film vaut pour les médias : ils ont fait tout un tas d’histoires sur Armstrong, sur son cancer, sur le fait qu’il était subclaquant, que c’était un miracle, alors que ce n’était pas du tout un miracle dans la mesure où ce type de cancer même métastasé est curable dans presque cent pour cent des cas…. De même, ils ont parlé, avec des paroles « d’experts » à l’appui, d’une perte de poids incroyable d’Armstrong après son cancer. Hinault[vi] a même parlé de 10 kilos en moins. Or, comme je l’explique dans mon livre 36 histoires du Tour de France, contrairement à ce qu’on nous a raconté, Armstrong n’est pas plus léger après son cancer ! J’ai retrouvé le poids que son équipe Motorola lui crédite en 1993 : 74,91 kgs. Et quand il gagne son sixième Tour en 2004, il en pèse 77,2 ! En vérité, son poids de forme s’est toujours trouvé entre ces valeurs, et on a avancé une perte significative en comparant d’une part des données réalisées à des moments où il n’y a pas de compétition (vers novembre), et d’autres données juste avant une course ! C’est normal qu’il y ait une perte de poids, c’est pareil pour tous les coureurs ! Le problème, c’est que parfois les gens qui s’expriment ne confrontent pas les chiffres qu’ils donnent à la réalité de la préparation d’un cycliste. Et bien évidemment, Armstrong les a laissé dire…

Le point peut-être le plus important du film, c’est qu’il accrédite l‘idée sensationnaliste répandue par l’USADA[vii] (Agence antidopage américaine) selon laquelle Armstrong aurait mis au point le système de dopage le plus sophistiqué de l’histoire. Or, en contradiction avec ce message, via l’interprète d’Armstrong lui-même, l’acteur Ben Forster, dans les scènes de prise de produits, on voit qu’on est dans quelque chose de bricolé, presque amateur, sur des cintres, dans des caravanes cachées au fond des bois.

Oui, ça, c’est la réalité… L’histoire du bus, quand ils demandent au mécanicien de simuler une panne pendant qu’ils sont en train de se faire des transfusions à l’arrière, à se passer des poches de sang… Ce genre de séance, ça a été décrit par certains témoins, comme Tyler Hamilton[viii] un ancien coéquipier d’Armstrong qui a d’ailleurs sorti un bouquin très instructif. Hamilton y raconte une fois qu’il avait pris une poche de sang pour laquelle on n’avait pas respecté la chaîne du froid, et il avait failli y passer. Donc oui, les moments où ils se dopent, surtout quand ils font leurs transfusions, ça fait amateur, ça fait un peu « hôpital de campagne ». La première chose que j’ai dite à la presse le lendemain de l’interview vérité d’Armstrong sur le plateau d’Oprah Winfrey, c’est qu’affirmer que c’est le dopage le plus sophistiqué de l’histoire est une imposture. Et lui-même, dans la deuxième phase de son interview, va le dire.

Pour démystifier cette histoire de protocole hyper sophistiqué, j’ai rédigé un article qui explique qu’Armstrong, oui, se fait des transfusions au retour de son cancer… Mais, on est à l’époque en 1998, quand il fait quatrième du tour d’Espagne. Eh bien, en 1976, dans le Tour de France, le deuxième de l’épreuve a eu trois transfusions sanguines, soi-disant parce qu’il était « un peu pâle », et il gagne trois étapes. Et ce sont des médecins hospitaliers qui lui font ces transfusions ! On est 22 ans avant Armstrong, et les transfusions existent déjà. Inutile de vous dire que ça va faire grand bruit, et que les autres vont faire pareil ! Ils n’ont pas attendu Armstrong pour se faire des transfusions sanguines ! Et n’oubliez pas que le coureur de 1976 qui s’en fait trois gagne trois étapes, mais il ne fait « que » deuxième du Tour. Au plan des soins, qu’a fait de plus le lauréat de cette épreuve pour dominer le triple transfusé ?

On sait aussi très bien que les adversaires d’Armstrong, pendant ses différents Tours, tournaient au même régime que lui.

Mais bien sûr, il y a eu l’enquête du Der Spiegel – un hebdo allemand – sur l’équipe Telekom, avec leurs protocoles de « traitement » dans une clinique privée en basée à Fribourg en Brisgau (sud-ouest), qui avaient été révélés, avec tous les produits que Jan Ullrich[ix] et ses équipiers prenaient. Ce qui a été confirmé par des coureurs de l’équipe. Miguel Indurain[x], et son médecin Sabino Padilla, c’était pareil.

On l’entend dans le film de la bouche de l’acteur qui joue Armstrong : « De toute façon, ils sont tous dopés » !

Mais oui, et c’est pour ça que je me suis insurgé dès le début sur le fait qu’on ait retiré ses sept Tours à Armstrong. Si on les lui enlève, il faut dépouiller de leur Toison d’Or Indurain, Hinault, Anquetil[xi], Coppi[xii], Merckx, Fignon, etc.

Anquetil disait que le café il le préférait en gélules ou en intraveineuse plutôt qu’en tasse.

Oui, enfin, il ne prenait pas que de la caféine, il a reconnu s’être dopé à d’autres produits. Coppi, sur la Rai en 1952, il dit, et je l’ai cité cinquante fois : « Ceux qui ne prennent pas la « bomba » sont des hypocrites ». La « bomba », c’est la « dynamite », c’est les amphétamines. On lui demande :

« Et vous, vous la prenez ?

– Oui bien sûr.

– Et vous la prenez quand ?

– Chaque fois que c’est nécessaire.

– Et c’est nécessaire quand ?

– Chaque fois que je cours. »

Vous voyez donc que le meilleur de sa génération était tout le temps aux amphétamines, ce qui explique d’ailleurs qu’il ait commencé à couiner à l’âge de 35 ans. En 1952, il n’y a pas de contrôles, il n’y pas de lois antidopage. En 1965, ça commence, donc à partir de ce moment-là, tous doivent être disqualifiés ! Je ne défends pas Armstrong, loin de là, parce que c’est un voyou ! Mais c’est : ou on enlève à tout le monde, ou on lui laisse les maillots ! Parce que là, c’est le Tour de France qui déguste ! Quand les gens verront le palmarès du Tour dans 10, 20 ou 30 ans, s’il existe encore, ils se diront : « il y a un problème, là ! ». Si vous regardez le palmarès de la Coupe du Monde de foot, il n’y jamais eu de disqualification, alors que des équipes aussi étaient dopées. Il y a une notion très forte, c’est que l’injustice booste la triche. Richard Virenque[xiii], quand il est en garde à vue à Lyon, dans une cellule, qu’il refuse d’avouer (ce qu’il fera en novembre 2000 seulement), j’avais fait une télé à Nulle Part Ailleurs avec Jean-Marie Leblanc[xiv], le patron du Tour à l’époque, et je lui avais dit : « Mais attendez, Marco Pantani[xv], il fait pareil, il prend les mêmes produits que Virenque ! ». Donc l’autre, dans sa cellule, il doit bouillir que Pantani ait tous les honneurs, qu’il gagne le Tour, alors qu’il prend les mêmes trucs que lui ! Et ça, ça booste son envie de revanche, mais puissance 1000 ! Pantani subira ce même genre d’histoire en 1999 sur le Tour d’Italie, il sera exclu pour un test d’hématocrite hors norme deux jours avant la fin, et il pétera une porte de rage ! Le problème de ces gens-là, c’est qu’ils lisent dans le regard des autres coureurs : « Tu es nul, tu t’es fait choper ». C’est intolérable, insupportable pour eux, de se faire prendre, ils passent pour des guignols… Et la déchéance de Pantani, qui va tomber dans la cocaïne elle vient de là, et il y a d’autres exemples ! Il y a eu des suicides, des déchéances pas possibles de coureurs qui se sont fait prendre. Virenque, pendant deux ans, va être matraqué par Les Guignols de Canal +, sa famille va exploser, et ses avocats, dont Gilbert Collard, lui disent : « Il faut avouer, sinon ça va continuer ». C’est pour ça qu’il va avouer, du bout des lèvres (le président du tribunal Daniel Delegove lui dira en pleine séance « je n’ai pas bien entendu »).

Si je vous raconte tout ça, c’est pour vous dire que dans le film, certes le réalisateur avait un consultant technique (l’ancien coureur David Millar), mais ils n’avaient pas de consultant médical, pas de consultant sur la psychologie du coureur et du sportif, pas d’expert du dopage. On aurait pu faire un film beaucoup plus crédible et instructif sur les mœurs du peloton. Et en plus, ils ont complètement laissé de côté Pierre Ballester, qui a collaboré pendant huit ans avec David Walsh, le journaliste que l’on voit enquêter dans le film. Ce duo avait publié L. A. Confidentiel (2004) et L. A. Officiel (2006) aux éditions La Martinière, livres sur lesquels le film s’est beaucoup appuyé, même s’ils prétendent avoir utilisé Seven Deadly Sins: My pursuit of Lance Armstrong (2012), écrit par le seul Walsh, mais qui est un résumé des enquêtes précédentes.

Et que pensez-vous du fait que le film n’évoque que par petites touches tout ce qui dans le « système Armstrong » va au-delà du dopage ?

J’ai été un des premiers à dire que c’est le « système Armstrong » qui fait la différence. Pas uniquement le dopage. Dès le départ il s’est rapproché des meilleurs dans tous les domaines : il est allé du côté d’Eddy Merckx, qui lui a expliqué comment il fonctionnait, s’est rapproché du Dr Michele Ferrari … Il a mis un hélicoptère à sa disposition, il a pris un directeur sportif qui était déjà expert dans le dopage (un ancien de l’équipe Once). C’était un système qui comportait toutes les composantes de la performance cycliste. Ce n’était pas un système seulement porté sur le dopage.

Et ce système-là faisait que lorsqu’il arrivait au dernier col de l’étape, il y arrivait plus frais que ses concurrents.

Oui, bien sûr, en fonctionnant comme ça, vous économisez 10 à 15 watts, peut-être même plus. Quand vous restez dans les roues jusqu’au dernier col, vous conservez de l’énergie pour attaquer dans la dernière ascension. Mais ce qui est franchement scandaleux, c’est qu’il économisait deux-trois heures de récupération sur les autres ! En effet, il avait son propre hélicoptère, et on m’a même raconté que parfois l’organisation lui fournissait une voiture, accompagnée par des CRS, pour lui ouvrir la route afin qu’il rentre plus vite à son hôtel. L’organisateur emblématique du Tour de France, Henri Desgrange, avait révolutionné la Grande Boucle en 1930, pour que tous les coureurs soient à égalité : même vélo et accessoires, hôtels équivalents pour toutes les équipes, même menu pour tout le monde, etc… Pas de différences ! Et là, pour Armstrong, c’est le patron de l’épreuve lui-même, a priori le garant de l’équité, qui lui accorde un traitement de faveur.

Par la suite, ce mauvais exemple a poussé les autres leaders à faire pareil : par exemple dans le Tour d’Espagne 2014, pour les cadors de l’épreuve, les Froome, Contador, Valverde et Rodriquez, il y avait un hélicoptère à leur disposition alors que le reste du peloton ramait pour retrouver les bus. Contador avait un avantage supplémentaire : il était assis seul à côté du pilote, les trois autres étant entassés à l’arrière de l’habitacle. Autre bénéfice : son bus était toujours garé à trente mètres de la ligne d’arrivée alors que les autres étaient éparpillés plus ou moins loin. Maintenant, l’hélicoptère, toutes les grandes équipes l’ont. C’était ça, aussi, qu’il fallait montrer dans le film… Et Armstrong, en plus, s’entourait de grands coureurs : il a pris Paolo Savoldelli, qui avait gagné à deux reprises le Tour d’Italie, Robert Heras, qui avait remporté trois Tours d’Espagne. Uniquement des coureurs qui étaient capables de rouler, de grimper, de l’amener en montagne, de lui faire gagner le Tour. Le deal, c’était : « tu es très bien payé, mais tu ne cours que pour moi, si tu roules perso, je te vire ! ».

De même que dans le film, ils auraient pu aussi évoquer tout ce que fait Armstrong, le boss, pour faire taire le peloton, même si deux anecdotes sont brièvement évoquées…

Oui, toute cette partie-là, sur Christophe Bassons[xvi]et Filippo Simeoni est très mal rendue, on ne sait même pas pourquoi il s’adresse à eux … En vérité ces deux coureurs dérangent l’hégémonie du patron. Le Français en mettant en avant qu’il est « propre », sous-entendant que ses adversaires de la grande boucle, donc Armstrong, ne le sont pas. Par ailleurs l’Italien Simeoni l’a indisposé en témoignant lors d’un procès que l’ami et préparateur du Texan, le Dr Ferrari, l’avait dopé à une certaine époque. Résultats de la vindicte du big boss, les deux malheureux s’étant opposés à Lance vont subir les quolibets de l’ensemble du peloton-vassal. Ainsi, quand Bassons s’arrête sur le Tour en 1999, tous ses coéquipiers se retournent en l’applaudissant et en se gaussant de lui… Quand Simeoni rentre dans le rang, il y a toute une bande d’italiens qui le traitent de connard, les grandes stars italiennes, les Filippo Pozzato et compagnie se moquent de sa gueule devant tout le peloton. À cette époque, j’avais écrit : «Mais Jean-Marie Leblanc qu’est-ce qu’il fout ! ». Moi je suis patron du Tour, je vire Armstrong !

Leblanc, on le connaît, on l’a entendu sur le sujet, il est « fan » !

Oui, il est fan du spectacle. C’est un ancien coureur ayant probablement goûté aux amphéts comme l’ensemble du peloton à son époque… Parce que moi, le Tour, je l’ai vécu de l’intérieur. Et, de l’intérieur, je peux vous dire, que la majorité de la caravane est d’accord pour le dopage. Il n’y a pas grand monde pour dire : « moi, je ne suis pas d’accord ! ». Les grands parleurs, qu’ils soient organisateurs, coureurs ou journalistes spécialistes du cyclisme, sont pour la plupart d’accord pour laisser faire. En revanche, quand ils sont devant la télé, ils sont tous contre !

14 OUVRAGES LA

Et qu’est-ce que vous avez pensé de Guillaume Canet en docteur Ferrari, ça vous a convaincu ?

Eh bien, il a fait son job, hein… Mais vous avez vu que Ferrari là, il veut faire un procès au film ? II n’aurait soi-disant jamais fait une piqûre d’EPO de sa vie. Mais bon, ça, ce n’est que sa parole. Vu tous les bobards qu’il nous distillé, on a du mal à le croire.

Mais comment un médecin peut en arriver à ça ? Je veux, dire, pour quelqu’un d’extérieur à ce monde, on imagine qu’un médecin a quand même une certaine déontologie.

Mais vous savez, il y en a plein des comme ça… C’est le « serment d’hypocrite ». La triche, le mensonge, c’est consubstantiel à l’homme. J’ai vu des médecins, ce qu’ils voulaient, c’est la photo dédicacée du champion, c’est être à la table du champion. Je ne sais pas si vous avez entendu parler de l’affaire de l’Étoile des espoirs de 1976, aussi appelée l’affaire du courrier de Dax. C’était une course par étapes dans le Sud-Ouest. À l’époque, Pierre Dumas, qui était le responsable des contrôles antidopage, avait envoyé un interne de son établissement suivre cette épreuve alors que le type n’avait jamais approché un coureur. Eh bien, ce jeune médecin s’est fait berner pendant les cinq jours de la course, et lors du contrôle après la dernière étape, il se rend compte qu’il est cocu, qu’on triche dans son dos depuis le début de l’épreuve. Donc l’affaire, c’est ça, des gens qui ne font pas leur boulot. Finalement, il y en a deux qui se font prendre, Rachel Dard et Bernard Bourreau, ce dernier étant l’actuel sélectionneur de l’équipe de France (avec ça, vous voulez changer la culture du dopage ?). Cette affaire a fait l’objet d’un récit dans l’Équipe, parce que le médecin était rentré en vitesse à Paris après la course et que les types qui s’étaient fait prendre l’avaient poursuivi pour l’attendre à la sortie du train. Ce type qui a été berné pendant une semaine, comment ils l’avaient eu ? Eh bien, François Bellocq, qui était le médecin de l’équipe Peugeot – elle dominait le peloton à cette époque – au moins en France, lui avait dit : « Viens à notre table, comme ça tu pourras discuter avec les coureurs, voir un peu l’ambiance ». Et il se retrouve ainsi à côté des Bernard Thévenet (tombeur de Merckx sur le Tour 1975), Jean-Pierre Danguillaume (lauréat de plusieurs étapes sur la grande boucle), etc : il n’en peut plus ! Le nombre de fois où des coureurs m’ont raconté que pour « passer » les contrôles, ils filaient des maillots aux médecins, qui eux, de peur qu’on ne leur pique, allaient les ranger dans leur valise… Pendant ce temps-là, ces coureurs faisaient ce qu’ils voulaient avec leur flacon d’urine.

Donc soit ils sont complètement dupes, soit, pire, ils sont complices.

Oui, la troisième voie, elle, est rarissime.

Enfin vous, vous êtes l’exception.

L’exception, c’est sûr que si on me compare à ces gens-là… Mais bon il y a d’autres médecins tout à fait réglos. Moi, je pratique la médecine du sport depuis 1973, pendant vingt ans, j’ai donné des cours à la faculté de médecine de Toulouse sur la médecine du sport, à aucun moment il ne m’a traversé l’esprit d’être dans cette situation. Ça m’est arrivé d’être pote avec des coureurs, il y en a que j’ai conduit en voiture à un critérium, d’autres qui ont logé chez moi. D’ailleurs, en 1975, dans ces eaux-là, quand j’arrive au départ du Midi Libre, Louis Caput, qui était directeur sportif de la toute-puissante équipe Gan-Mercier, où étaient Raymond Poulidor[xvii], Cyrille Guimard[xviii], Joop Zoetemelk[xix], me dit: « tiens, je suis content que tu sois là, au moins la course sera régulière ». Les coureurs savaient qu’ils pouvaient être potes avec moi, mais qu’au contrôle, ils ne me berneraient pas.

Une fois qu’on arrive à faire cette distinction-là, on peut exercer normalement.

C’est-à-dire que les types en général savaient où ils allaient. Sauf, une fois, dans le Tour de l’Oise, il y avait un coureur de l’équipe Peugeot, un bon sprinteur, convoqué au contrôle, et je le vois « emmerdé » pour pisser dans le flacon. Il commence à me dire : « est-ce que c’est détectable ? ». Je lui réponds, « ça c’est ton problème, si t’as pris un truc illicite, et que t’as peur que ça coince à l’analyse, tu pisses et on verra le résultat, ce n’est pas moi qui vais te dire si ça risque ou pas et qui vais faire quelque chose pour que ça passe à travers le contrôle. De plus, n’essaye pas de m’enfumer. » Après le contrôle, avec la voiture médicale, je l’ai ramené à Paris où il a pris le train pour le Sud-Ouest. Être strict dans ma mission de garant des opérations antidopage ne m’empêchait pas d’être copain avec les coureurs ou de leur rendre service.

Après, si on commence à jouer à ce jeu-là, on est foutus.

On n’existe plus, et tout le monde se fout de votre gueule. Jamais ils n’ont pu me prendre en défaut pour des trucs comme ça. A l’arrivée du Paris-Tours de 1974, quand ils avaient fait un tracé en sens inverse entre Tours et Versailles pour rendre la course plus spectaculaire pour les télés, j’ai fait tomber Gerben Karstens, qui gagne cette année-là en s’échappant un peu avant la fin. Le lendemain, on le voit à la une des journaux sur le podium à fêter sa victoire… Et il n’y a pas besoin d’être spécialiste, on voit à sa tête qu’il est amphétaminé, il a les yeux complètement hagards. La veille, quand il se retrouve dans la caravane pour le contrôle, j’ai vu tout de suite qu’il voulait tricher. Il est arrivé avec un anorak de vainqueur de l’Annapurna, alors qu’il faisait chaud dehors. Je l’ai pris la main dans la « poire ». J’ai été sympa, je lui ai dit : « on oublie que tu as triché avec la poire, mais maintenant tu pisses dans le flacon ! Et tu prends tes responsabilités ». Il me répond : « Je sors car j’ai plus envie de pisser mais je reviens ». En réalité, blotti dans le fond de la caravane du contrôle, tentant de masquer la substitution d’urine, il avait pissé par-dessus le flacon (dans celui-ci il y avait une urine transvasée avec la poire). Je lui dis : « Si tu sors, c’est fini ». Il me dit encore, au cours de ce bref échange : « on va s’arranger ». Et évidemment, moi, je lui réponds « non, là, tu t’illusionnes dur ». Je me rappelle même que Maurice De Muer, le directeur sportif de son équipe, était entré dans la caravane pour faire nombre, détourner l’attention des officiels afin protéger un coureur qui s’est toujours dopé ! Au Tour de Lombardie 1969, qu’il avait remporté au sprint, lors du contrôle, il avait caché un flacon avec l’urine de son soigneur et opéré la substitution à l’insu des officiels. Quelques jours plus tard, patatrac, Karstens est déclaré positif parce que son soigneur s’était dopé aussi. Il avait dit à ce soigneur « mais t’as déconné ! » et l’autre lui avait répondu « mais oui, pour t’amener en voiture de Düsseldorf jusqu’à Milan (NDLR : 864 km) j’avais pris des amphétamines ».

DOCS JPDM

[i] L’EPO (érythropoïétine) est une hormone naturelle qui stimule la formation et la croissance des globules rouges. L’EPO de synthèse permet d’un point de vue médical de traiter l’anémie induite par une insuffisance rénale. Dans le sport de haut niveau, elle est utilisée comme produit dopant en augmentant la production de globules rouges permettant de mieux oxygéner les muscles pendant les efforts longs et intenses, facilitant ainsi une plus longue endurance.

[ii] Médecin et préparateur italien de nombreux sportifs entre les années 90 et les années 2010. Depuis juillet 2012, il est exclu à vie de toute préparation et de tout encadrement d’athlètes. A fait l’objet d’enquêtes policières, surtout à partir de 2012, pour association de malfaiteurs, trafic de produits dopants et évasion fiscale. En 2015, cela ne l’empêche pas de continuer à être consulté par ceux qui rêvent des podiums tout en occultant les règles éthiques.

[iii] Ancien coureur belge, surnommé « Le Cannibale ». Quintuple vainqueur du Tour de France, quintuple vainqueur du Tour d’Italie, une fois vainqueur du Tour d’Espagne. A également remporté plusieurs fois le Championnat du monde sur route, Paris-Roubaix, le Tour des Flandres, etc.

[iv] Armstrong s’est en effet construit à partir de 1999 comme le champion vainqueur du cancer. Dans les publicités tournées pour son sponsor de l’époque, Nike, qui l’a lâché depuis, on le voit forcer son destin de mourant, incitant les autres à suivre son exemple. Il a aussi lancé son association caritative, Livestrong, de lutte contre le cancer, célèbre pour ses bracelets jaunes.

[v] Ancien coureur français, mort en 2010 à l’âge de 50 ans des suites d’un grave cancer. Double vainqueur du Tour de France, vainqueur du Giro, vainqueur de la Flèche Wallonne et de Milan-San Remo.

[vi] Ancien coureur français, surnommé « Le Blaireau », a dominé le cyclisme entre 1978 et 1986 : 5 fois vainqueur du Tour de France, 3 fois du Tour d’Italie, 2 fois du Tour d’Espagne. Vainqueur de nombreuses classiques (Paris-Roubaix, Flèche Wallonne, etc).

[vii] Le 10 octobre 2012, l’USADA remet un rapport de plus de 1000 pages qui accable Armstrong, notamment grâce au témoignage d‘anciens coéquipiers et de leurs proches. Travis Tygart, directeur de l’USADA qui a mené une bataille acharnée contre Armstrong, a martelé dans ses interviews que le coureur américain avait mis au point le système de dopage « le plus sophistiqué de l’histoire ».

[viii] Ancien coureur américain et coéquipier d’Armstrong de 1996 à 2001, il sort en 2012 un livre, The Secret Race, dans lequel il raconte ses pratiques dopantes, celles de son équipe et celles du peloton. Il y explique aussi ses rapports complexes avec Armstrong qui font ressortir le côté impitoyable de celui qu’on a surnommé « Le Boss ».

[ix]  Ancien coureur allemand et principal rival d’Armstrong sur le Tour : vainqueur en 1997, il a été son dauphin à plusieurs reprises. Suspecté de dopage à de nombreuses reprises (EPO, amphétamines, transfusions, testostérone, etc) il a avoué ses pratiques déviantes en mars 2013, plusieurs années après sa retraite officialisée en 2006.

[x] Ancien coureur espagnol, quintuple vainqueur du Tour de France entre 1991 et 1995. Lors de ses victoires, la puissance qu’il a développée en watts dans les cols les plus difficiles est bien souvent supérieure à celle développée par Armstrong entre 1999 et 2005.

[xi] Ancien coureur français (mort en 1987 à 53 ans), surnommé « Maître Jacques », quintuple vainqueur du Tour de France, double vainqueur du Tour d’Italie, une fois vainqueur du Tour d’Espagne. Aussi multiplement vainqueur de Paris-Nice ou encore du Critérium du Dauphiné libéré.

[xii] Ancien coureur italien (mort en 1960 à l’âge de 40 ans), quintuple vainqueur du Tour d’Italie, double lauréat du Tour de France. Vainqueur de nombreuses classiques (Milan-San Remo, Paris-Roubaix, etc.).

[xiii] Ancien coureur français, mis en examen en 1998 dans le cadre de l’affaire Festina. Sur le Tour de la même année, l’équipe Festina est au cœur d’un scandale de dopage après l’arrestation d’un soigneur de l’équipe en possession de produits dopants. L’équipe est virée de l’épreuve. L’année suivante, celle de la première victoire d’Armstrong, le Tour sera surnommé « le Tour du Renouveau ».

[xiv] Ancien coureur français, et directeur du Tour de France entre 1989 et 2006.

[xv] Ancien coureur italien, surnommé « Le Pirate », mort en 2004 à l’âge de 34 ans d’une overdose de cocaïne. Convaincu de dopage à de nombreuses reprises au cours de sa carrière, il a réalisé en 1998 le doublé Tour d’Italie-Tour de France.

[xvi] Ancien coureur français, membre de l’équipe Festina au moment de l’affaire de 1998, il n’est pas visé par les accusations de dopage. L’année suivante, ses prises de position qui dénoncent les pratiques dopantes du peloton sont mal reçues par celui-ci, notamment par Lance Armstrong. Il abandonne le Tour et se retire du cyclisme professionnel en 2001

[xvii] Ancien coureur français, vainqueur du Tour d’Espagne et huit fois sur le podium du Tour de France sans jamais l’avoir gagné.

[xviii] Ancien coureur français. Sprinteur, il a remporté des étapes sur les Tours de France et d’Espagne. A été ensuite directeur sportif des équipes Gitane et Renault.

[xix] Ancien coureur néerlandais, une fois vainqueur des Tours de France et d’Espagne. Six fois second du Tour au cours de sa longue carrière professionnelle (1970-1987).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s