Tu seras épouse et mère ma fille (Astiera)

« Bonjour, je m’appelle Charlotte, je suis une célibataire repentie et je vais être mère ». « Bonjour Charlotte ! » La salle est en liesse, les applaudissements sont nourris. Ils sont venus nombreux assister à cet événement dont tout le monde parle dans le pays : Charlotte, la célèbre insoumise, reçoit son diplôme de réhabilitation et va remplir son rôle naturel de mère.

Au premier rang, une femme a les larmes aux yeux. Odette n’aurait jamais cru vivre ce moment, elle n’a même jamais osé en rêver. Toutes ces années de honte, de reproches sont derrière elle. Charlotte est enfin rentrée dans le rang. Mais que ce fut difficile, que de sacrifices pour la famille. Odette se souvient encore de cet après-midi lorsque Charlotte, du haut de ses 10 ans, a lancé fièrement « Je ne me marierai jamais et je n’aurai jamais d’enfant ». Odette se souvient parfaitement de ces mots, terribles mots, qui ont glacé ce si chaud après-midi d’été. Il n’a pas fallu attendre une seconde, un rendez-vous a immédiatement été pris auprès du meilleur pédopsychiatre de la ville. Tous les experts vous le diront : il ne faut pas laisser s’installer la déviance, aussi anodine qu’elle puisse sembler être chez un enfant. Mais Charlotte s’est entêtée, elle est passée de pédopsychiatre en pédopsychiatre, sans aucun résultat. Elle est devenue la principale source d’angoisse du foyer. Odette se souviendra toujours des regards portés sur elle, de cette réprobation grandissante. Ses amis lui ont tourné le dos, ils ne pouvaient supporter d’être associés à sa disgrâce ou pire, d’être contaminés par elle. En grandissant, la rage de Charlotte s’est faite de plus en plus vive, elle a refusé l’inscription obligatoire sur le site de rencontres national à sa majorité, a fait un scandale à l’agence du mariage lors de la cérémonie des Catherinettes. La honte, encore et toujours. Et puis c’est l’escalade, la rencontre avec ce groupe d’extrémistes. Odette ne préfère pas repenser à cette époque, aux actes que sa fille a pu commettre. Et puis, tout ceci est du passé. Sa fille, sa chère petite fille, est sauvée. Elle n’est plus rebelle, elle vit une belle histoire d’amour, elle va avoir un enfant. Odette vit le plus beau jour de sa vie.

Au fond de la salle, une jeune femme a les larmes aux yeux. Eloïse sait qu’elle ne devrait pas être là, sa tête est mise à prix. Mais elle ne pouvait pas ne pas être là. Elle ne pouvait pas ne pas apercevoir Charlotte une dernière fois. Eloïse se souviendra toujours de sa première rencontre avec cette jeune fille révoltée. Elles avaient le même âge, la même soif de liberté, la même envie de révolutionner le système. Eloïse a tout de suite aimé la passion de Charlotte, leur amitié est née le plus naturellement du monde, rien ne pouvait les arrêter. Leur place dans le mouvement est devenue de plus en plus cruciale, leur leadership une évidence. Eloïse et Charlotte ont cru qu’elles arriveraient à faire bouger les lignes, à insinuer le doute dans quelques consciences. Ce monde ne pouvait plus continuer ainsi. Cette dictature de l’amour et de la procréation obligatoires ne pouvait plus durer. S’ils étaient quelques-uns à avoir soif de liberté, alors il y avait de l’espoir. Eloïse se souvient avec nostalgie de leurs principaux faits d’arme : le virus informatique qui a effacé les listings de célibataires, cette fameuse contremanifestation ce 14 février, perçue par les autorités comme la pire attaque portée au jour de fête nationale. Mais malgré tous leurs efforts, les insoumises Eloïse et Charlotte n’ont pas réussi à faire bouger les lignes. Les petits garçons et les petites filles confectionnent toujours de cœurs en papier pour le 14 février. Eloïse se souvient de ce matin, triste matin, où elle et Charlotte se sont retrouvées cernées par les forces spéciales. Eloïse a réussi à s’enfuir, mais Charlotte n’a pu échapper au centre de réhabilitation. Eloïse se souvient de la promesse qu’elles se sont faite ce triste matin.

Au premier rang, un jeune homme a les larmes aux yeux. Clément est un homme, un mari et un futur papa comblé. Il a toujours cru en la réhabilitation de Charlotte, il a toujours su que son amour la sauverait. Clément se souvient de tous ceux qui l’ont traité de fou, qui ont refusé de croire que Charlotte l’insoumise pouvait recouvrer la raison. Les sceptiques avaient de sérieuses raisons de douter et à son arrivée au centre, Charlotte était ingérable : agressive, refusant toute procédure, un cas particulièrement épineux. Mais Clément y a vu une chance, celle d’apporter le salut à cet être torturé. Charlotte était perdue, elle avait besoin d’un guide. Clément a donc changé son approche, a vu Charlotte en entretien privé et non en séance de groupe. Il avait une mission, il devait réussir. Il est bien sûr tombé amoureux. On l’a traité de fou, mais il s’est accroché : il a accepté les reproches après avoir rejeté celle qui aurait dû devenir sa femme, il a accepté les railleries. Et le miracle a bel et bien eu lieu : l’insoumise a vu la lumière, l’insoumise a su laisser l’amour remplir son âme et son cœur. Ce combat, ils l’ont mené à deux, ils l’ont gagné à deux. Charlotte porte leur enfant. Charlotte porte leur espoir.

Sur scène, une jeune femme a les larmes aux yeux. Charlotte contemple l’assistance en liesse qui se dresse devant elle. Commet imaginer il y a encore un an, qu’elle serait un symbole pour la nation, l’héroïne de tout un peuple ? Dorénavant, elle est écoutée, elle témoigne dans les écoles, elle est un modèle pour toutes les petites filles du pays.

Charlotte a toujours été en colère, en colère contre l’ordre établi qui lui promettait un chemin tout tracé, en colère contre sa mère qui ne comprenait pas son besoin d’être libre. Mais aujourd’hui, Charlotte est sereine : elle a fait la paix avec sa mère, elle a dompté sa colère avec l’aide de Clément. Charlotte est heureuse : elle sait qu’Eloïse est dans la salle, nul besoin de la chercher du regard, elle le sait, et elle repense à la promesse qu’elles se sont faite. « Tu seras épouse et mère ma fille. » En ce 14 février, Charlotte vient de prêter serment les mains posées sur son ventre arrondi. Charlotte sourit : dans sa poche, un cœur en papier est coupé en deux.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s