Messagerie Instantanée

On avait donné la contrainte suivante : « raconter une journée d’un fan français de cinéma français – un mec plutôt moyen mais respectable quand même – au festival de Deauville. Son film préféré est De battre mon coeur s’est arrêté et il a une moustache ».  Mais Dylanesque n’en a jamais fait qu’à sa tête.

tumblr_m7y139m6ri1qzk1uho1_500

Parfois, je me sens vraiment triste. Tu es loin et j’aimerais bien être avec toi. J’aimerais bien être loin avec toi. Alors je voulais t’écrire un truc. J’écris pas de prose mais pour toi je vais en écrire. Pour toi, j’écrirais du braille. Tu appelleras ça une nouvelle, une broutille, tu appelleras bien ça comme tu veux. Tu la recevras sous enveloppe ou par messagerie instantanée, ça dépendra d’un tas de facteurs. Comme tu le vois, comme tu le lis, je n’ai pas perdu mon sens de l’humour, je fais même dans le jeu de mots parfois alors que je joue jamais à ça d’habitude, j’aime pas ça. Faut croire que je change.

Je t’écris parce que j’arrive pas à te parler en vrai. D’abord, parce que t’es plus là. Ensuite, parce que j’y arrive pas, tu m’intimides. Tu m’empêches de dire les phrases que je veux dire, même quand je les ai bien préparées dans ma tête, elles veulent pas sortir quand je suis en face de toi. Quand je suis en face de toi, je veux avoir l’air grand, beau, intéressant. Je veux qu’à chaque fois que je bouge un peu, que je fais des trucs avec mes mains ou que je regarde autre part, tu tombes amoureuse de moi. Je le veux vraiment alors j’essaye très fort de bien bouger, de faire des trucs cool avec mes mains, de regarder dans tous les sens. Du coup, j’air l’air idiot. Et j’oublie tout ce que j’avais préparé dans ma tête. Parce que je veux aussi avoir l’air intelligent quand je suis en face de toi. Alors je t’écris, ce sera plus simple et j’aurais moins l’air d’un con.

J’ai acheté le nouveau Dylan. Si tu étais là, tu l’aurais écouté avec moi. Je t’aurais forcée à l’écouter. Et je t’aurais expliqué ce que je ressens quand j’entends sa voix surgir d’outre-tombe et qu’il chante « i think that when my back was turned, the whole world behind me burn » (en français ça donne ça et je te le traduis car je suis pas certain que tu saches parler anglais aussi bien que moi : « je crois que quand j’avais le dos tourné, le monde entier a brûlé »), ça me retourne et ça me donne envie d’écrire des chansons. Mais toute mes chansons parlent de toi et je suis pas certain que je peux tenir toute une discographie en chantant sur ton sourire, je trouverais jamais toutes les mélodies. L’autre jour, j’ai écrit une chanson sur l’Océan mais en fait, elle parle de toi.

Je voulais t’écrire mais j’aurais pas dû. Bêtement, je pensais que ça me ferait du bien et que j’aurais l’air intelligent et bêtement, je pensais que ça suffisait pour que tu reviennes et que tu m’écoute parler (peut-être que j’écouterais aussi, tu sais). Mais non, écrire ne fait du bien à personne. La seule bonne chose qui peut ressortir de cette lettre, c’est qu’une employée de poste tombe dessus et trouve ça plutôt beau et me réponde en se faisant passer pour toi et je tombe amoureux d’elle en pensant être toujours amoureux de toi et un jour, elle me dévoile sa véritable identité et elle est pas si moche que ça, elle est même plutôt adorable cette petite employée de poste, je savais pas que la poste embauchait d’aussi charmantes demoiselles, et je savais pas que c’était une voleuse d’identité mais je lui pardonnerais parce qu’elle est jolie et qu’elle écrit mieux que toi (prends ça, tu vois, je commence déjà à dire du mal de toi, je suis sur la bonne voie) et qu’elle est d’accord pour rester avec moi, me tenir la main, écouter le nouveau Dylan avec moi, pleurer lorsqu’il chante qu’il est « minuit passé et qu’il ne veut personne d’autre que toi », je n’aurais pas à bouger bizarrement, mes mains, mes yeux, parce qu’elle verra tout de suite que je suis quelqu’un de bien et qu’elle mérite quelqu’un de bien cette mignonne employée de poste.

Et je lui briserai son cœur parce que tu as brisé le mien et que tout ce qu’il me reste, c’est du narcissisme, des paquets de cigarettes et la voix de Dylan. Une chanson sur l’Océan. Des souvenirs. C’est pas assez pour que je tienne l’hiver. Alors même si c’est pas toi qui liras, je continuerais à t’écrire, voilà. Ne m’en veux pas, hein. Si j’écris, c’est la faute de mon institutrice en CP, c’est de sa faute si j’ai appris à écrire. T’as vu, je suis drôle. J’ai même pas besoin de jeux de mots. Il me suffit plus qu’à trouver quelqu’un pour rire à mes blagues et tout s’arrangera.

Tiens, je finis même pas, ça t’apprendra. La prochaine fois, j’écrirai de la fiction.

tumblr_m9fr17yAbP1qeip25o1_500

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s